Argentine: 15 ans de prison pour un ex-policier de la dictature

, Argentine: 15 ans de prison pour un ex-policier de la dictature


Monica Dittmar, l'épouse de Hernan Abriata disparu, tient une photo de lui alors qu'elle attend le début du procès contre l'ancien policier argentin Mario Sandoval pour la disparition d'Abriata devant les tribunaux fédéraux de Buenos Aires, le 14 septembre 2022.

© AFP – LUIS ROBAYO Monica Dittmar, l’épouse de Hernan Abriata disparu, tient une photo de lui alors qu’elle attend le début du procès contre l’ancien policier argentin Mario Sandoval pour la disparition d’Abriata devant les tribunaux fédéraux de Buenos Aires, le 14 septembre 2022.

En Argentine, 15 ans de prison pour Mario Sandoval : l’ancien policier a été condamné dans le cadre de la disparition d’un étudiant, Hernan Abriata, en 1976. Il est soupçonné d’avoir participé à des centaines d’enlèvements, tortures et disparitions sous la dictature. Après la dictature, et grâce aux lois d’amnisties votées en Argentine – elles ont été abrogées depuis, il s’était réfugié en France.

Depuis 1985, Mario Sandoval avait refait sa vie en France, dans le monde académique, comme chargé de cours. Et c’est une de ses étudiantes, fille d’exilés argentins, qui l’a reconnu dans les années 2000 – ainsi que la presse argentine.

Après avoir tenté tous les recours, l’ex-policier a finalement été extradé en 2019 – sa naturalisation acquise en 1997 ne l’a pas protégé, car il n’était pas Français à l’époque des faits. La France n’a accepté de le laisser partir que pour être jugé dans un seul cas, la disparition d’un étudiant et militant péroniste, Hernan Abriata, enlevé en octobre 1976 et donc le corps n’a jamais été retrouvé. Il aurait été jeté d’un avion dans l’océan, comme beaucoup d’autres victimes passées par l’École de mécanique de la Marine, l’Esma – dont une aile est devenue le centre de détention et de torture le plus tristement célèbre de la dictature.

Mario Sandoval dénonce un procès politique, dit être victime d’une homonymie. Il est soupçonné d’avoir été un des agents les plus actifs de l’Esma. Si la justice argentine veut le juger sur d’autres affaires, elle devra demander à la justice française un élargissement de la convention d’extradition, en apportant des preuves sur les autres crimes qui lui sont reprochés. 

Le but de dictature.org est de traiter le sujet de Combattre les dictatures en toute clarté en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur le web dictature.org vous présente cet article développant du sujet « Combattre les dictatures ». Ce texte se veut reconstitué du mieux possible. Si tant est que vous souhaitez apporter des remarques concernant le thème « Combattre les dictatures » vous avez la possibilité de discuter avec notre rédaction. D’ici peu, nous présenterons d’autres informations sur le sujet « Combattre les dictatures ». visitez de manière régulière notre blog.