Espagne. « Les crimes de la dictature sont restés sous le tapis pendant plus de quarante ans

, Espagne. « Les crimes de la dictature sont restés sous le tapis pendant plus de quarante ans
, Espagne. « Les crimes de la dictature sont restés sous le tapis pendant plus de quarante ans

Le 5 octobre dernier, le Sénat espagnol approuvait définitivement la nouvelle « Loi sur la mémoire démocratique», condamnant le coup d’État ainsi que la dictature du général Franco. Le lendemain, l’Association des descendants de l’exil espagnol présentait les résultats d’une étude réalisée auprès de jeunes espagnols, âgés de 16 à 30 ans, évaluant leurs connaissances et receptivité au sujet de la période 1931-1975. Financée par le Secrétariat d’État à la Mémoire démocratique, cette étude – que l’Humanité a pu consulter – relève de graves lacunes concernant notamment la répression ou encore l’exil subis par les perdants de la Guerre civile de 1936-1939. 

Le rapport commandé par votre association pointe du doigt une une connaissance très limitée chez les 16-30 ans de ce qu’ont été la Guerre civile et la dictature franquiste. Cela vous a-t-il surpris ?

Pas vraiment. Nous visitons souvent des collèges et des universités pour y organiser des discussions et travaillons avec les jeunes. Nous savions déjà qu’il existe de grandes lacunes dans leur formation. D’autre part, cela fait des années que nous remarquons que très peu d’entre eux assistent aux évènements commémoratifs que nous organisons.

Pourquoi ?

C’est difficile de s’interesser à quelque chose qu’on connaît mal. Et puis il existe aussi un problème de communication : nous n’arrivons pas à les atteindre. Nous tentons d’y remédier en nous adaptant aux nouvelles plateformes. Nous sommes actuellement en train d’enregistrer un podcast, avec une jeune actrice très en vogue…

Qu’est-ce qui peut expliquer ce niveau d’ignorance au sein de la jeunesse ?

La responsabilité revient d’abord à la dictature, qui avait intérêt à ce que les Espagnols ne sachent pas qu’il y avait eu dans leur pays une république progressiste, avant-gardiste en matière sociale et notamment au sujet des droits des femmes. La période de la Seconde République a été volontairement dénigrée par la dictature, dont les crimes sont logiquement aussi restés sous le tapis. Tout cela a duré quarante ans et a eu un impact sur plusieurs générations. Après la mort du dictateur, la période dite de la ‘transition démocratique’ n’a pas joué le rôle qu’elle aurait dû. On en arrive au résultat d’aujourd’hui : l’état des lieux est désolant, mais c’est imporant d’en prendre conscience afin de pouvoir agir avec plus d’efficacité.

Quelle est votre appréciation de la Loi de mémoire démocratique qui vient d’être approuvée ?

Les lois ne permettent que très difficilement de satisfaire tout le monde à 100%. Personnellement, je pense que cette loi représente un pas de géant pour celles et ceux qui exigent vérité, justice et réparation. Concrètement, dans notre cas, la loi contient un article qui reconnaît enfin les decendants de l’éxil comme des victimes de la guerre et de la dictature. Avant nous n’existions tout simplement pas, alors que près d’un demi million de personnes ont traversé les Pyrénnées pour se réfugier en France. Maintenant un jour officiel va être instauré pour commémorer nos concitoyens qui ont dû quitter le pays : le 8 mai, jour de la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie, afin de rendre hommage aux Espagnols ayant participé à cette grande lutte.

Cette loi donne aussi de nouveaux outils en matière de formation pour les nouvelles générations…

Oui, et c’est fondamental si on veut révertir cette tendance à l’oubli voulue par la dictature puis par la droite. Les professeurs vont être mieux formés sur ces questions, tout comme les fonctionnaires. Les programmes scolaires vont mieux prendre en compte cette période de notre histoire. Ce qui s’est passé dans les années trente, pendant la guerre civile puis pendant la période franquiste : tout ça doit être enfin su par nos jeunes.

Entretien réalisé par Luis Reygada

Le but de dictature.org est de traiter le sujet de Combattre les dictatures en toute clarté en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur le web dictature.org vous présente cet article développant du sujet « Combattre les dictatures ». Ce texte se veut reconstitué du mieux possible. Si tant est que vous souhaitez apporter des remarques concernant le thème « Combattre les dictatures » vous avez la possibilité de discuter avec notre rédaction. D’ici peu, nous présenterons d’autres informations sur le sujet « Combattre les dictatures ». visitez de manière régulière notre blog.