Informations socialisme: La transition vers les énergies renouvelables échoue

, Informations socialisme: La transition vers les énergies renouvelables échoue

Malgré tous les investissements et installations dans les énergies renouvelables, les émissions mondiales réelles de gaz à effet de serre ne cessent d’augmenter. Cela est dû en grande partie à la croissance économique : alors que les approvisionnements en énergies renouvelables se sont développés ces dernières années, la consommation mondiale d’énergie a explosé encore plus, la différence étant fournie par les combustibles fossiles. Plus l’économie mondiale se développe, plus il est difficile pour les ajouts d’énergies renouvelables d’inverser la tendance en remplaçant réellement l’énergie provenant de combustibles fossiles, plutôt que de simplement en ajouter.

L’idée de freiner volontairement la croissance économique afin de minimiser le changement climatique et de faciliter le remplacement des combustibles fossiles est un anathème politique non seulement dans les pays riches, dont les habitants se sont habitués à consommer à des taux extraordinairement élevés, mais encore plus dans les pays les plus pauvres. pays à qui on a promis la possibilité de « se développer ».

Après tout, ce sont les pays riches qui ont été responsables de la grande majorité des émissions passées (qui sont actuellement à l’origine du changement climatique) ; en effet, ces pays se sont enrichis en grande partie grâce à l’activité industrielle dont les émissions de carbone étaient un sous-produit. Aujourd’hui, ce sont les pays les plus pauvres du monde qui subissent le plus les impacts du changement climatique causés par les plus riches du monde. Il n’est ni durable ni juste de perpétuer l’exploitation des terres, des ressources et de la main-d’œuvre dans les pays les moins industrialisés, ainsi que des communautés historiquement exploitées dans les pays riches, pour maintenir à la fois les modes de vie et les attentes de croissance future de la minorité riche.

, Informations socialisme: La transition vers les énergies renouvelables échoue

Du point de vue des habitants des pays moins industrialisés, il est naturel de vouloir consommer plus, ce qui semble juste. Mais cela se traduit par une plus grande croissance économique mondiale et par une plus grande difficulté à remplacer les combustibles fossiles par des énergies renouvelables à l’échelle mondiale. La Chine est l’exemple type de cette énigme : au cours des trois dernières décennies, la nation la plus peuplée du monde a sorti des centaines de millions d’habitants de la pauvreté, mais est ainsi devenue le plus grand producteur et consommateur de charbon au monde.

Le dilemme des matériaux

Notre besoin croissant de minéraux et de métaux pose également une énorme difficulté pour une transition sociétale des combustibles fossiles vers des sources d’énergie renouvelables. La Banque mondiale, l’AIE, le FMI et McKinsey and Company ont tous publié des rapports au cours des deux dernières années mettant en garde contre ce problème croissant. De grandes quantités de minéraux et de métaux seront nécessaires non seulement pour fabriquer des panneaux solaires et des éoliennes, mais aussi pour les batteries, les véhicules électriques et les nouveaux équipements industriels fonctionnant à l’électricité plutôt qu’aux carburants à base de carbone.

Certains de ces matériaux montrent déjà des signes de pénurie croissante : selon le Forum économique mondial, le coût moyen de production du cuivre a augmenté de plus de 300 % ces dernières années, tandis que la qualité du minerai de cuivre a chuté de 30 %.

Des évaluations optimistes du défi des matériaux suggèrent qu’il existe suffisamment de réserves mondiales pour une construction unique de tous les nouveaux appareils et infrastructures nécessaires (en supposant certaines substitutions, avec, par exemple, le lithium pour les batteries qui sera finalement remplacé par des éléments plus abondants comme le fer ). Mais que doit faire la société alors que cette première génération d’appareils et d’infrastructures vieillit et doit être remplacée ?

Économie circulaire : un mirage ?

D’où l’intérêt assez soudain et généralisé pour la création d’une économie circulaire dans laquelle tout se recycle à l’infini. Malheureusement, comme l’économiste Nicholas Georgescu-Roegen l’a découvert dans ses travaux pionniers sur l’entropie, le recyclage est toujours incomplet et coûte toujours de l’énergie. Les matériaux se dégradent généralement au cours de chaque cycle d’utilisation et certains matériaux sont gaspillés dans le processus de recyclage.

Une analyse préliminaire française de la transition énergétique qui supposait un recyclage maximal possible a révélé qu’une crise d’approvisionnement en matériaux pourrait être retardée jusqu’à trois siècles. Mais l’économie circulaire (elle-même une entreprise énorme et un objectif lointain) arrivera-t-elle à temps pour acheter à la civilisation industrielle ces 300 ans supplémentaires ? Ou allons-nous manquer de matériaux critiques au cours des prochaines décennies dans nos efforts effrénés pour construire autant de dispositifs d’énergie renouvelable que possible en un temps aussi court que possible ?

Ce dernier résultat semble plus probable si les estimations pessimistes des ressources s’avèrent exactes. Simon Michaux du Service géologique finlandais constate que «[g]les réserves mondiales ne sont pas assez importantes pour fournir suffisamment de métaux pour construire le système industriel des combustibles renouvelables non fossiles… La découverte de gisements minéraux a diminué pour de nombreux métaux. La teneur du minerai traité pour de nombreux métaux industriels a diminué au fil du temps, ce qui a entraîné une baisse du rendement du traitement des minéraux. Cela a pour conséquence l’augmentation de la consommation d’énergie minière par unité de métal.

Les prix de l’acier ont déjà tendance à augmenter et l’approvisionnement en lithium pourrait s’avérer être un goulot d’étranglement pour une production de batteries en augmentation rapide. Même le sable se fait rare : seules certaines qualités de ce matériau sont utiles pour fabriquer du béton (qui ancre les éoliennes) ou du silicium (qui est essentiel pour les panneaux solaires). Plus de sable est consommé chaque année que tout autre matériau en dehors de l’eau, et certains climatologues l’ont identifié comme un défi clé pour la durabilité de ce siècle. Comme on pouvait s’y attendre, à mesure que les gisements s’épuisent, le sable devient de plus en plus un point d’éclair géopolitique, la Chine ayant récemment interdit les expéditions de sable à Taïwan dans le but de paralyser la capacité de Taïwan à fabriquer des dispositifs à semi-conducteurs tels que les téléphones portables.

Pour réduire les risques, réduisez l’échelle

À l’ère des combustibles fossiles, l’économie mondiale dépendait des taux toujours croissants d’extraction et de combustion du charbon, du pétrole et du gaz naturel. L’ère des énergies renouvelables (si elle voit le jour) sera fondée sur l’extraction à grande échelle de minéraux et de métaux pour les panneaux, les turbines, les batteries et d’autres infrastructures, qui nécessiteront un remplacement périodique.

Ces deux ères économiques impliquent des risques différents : Le régime des combustibles fossiles risquait l’épuisement et la pollution (notamment la pollution atmosphérique par le carbone conduisant au changement climatique) ; le régime des énergies renouvelables risquera également l’épuisement (du fait de l’extraction de minéraux et de métaux) et la pollution (du fait du déversement de vieux panneaux, turbines et batteries, et de divers processus de fabrication), mais avec une vulnérabilité réduite au changement climatique. La seule façon de réduire complètement les risques serait de réduire considérablement l’échelle d’utilisation de l’énergie et des matériaux de la société – mais très peu de décideurs politiques ou d’organisations de défense du climat explorent cette possibilité.

Le changement climatique entrave les efforts de lutte contre le changement climatique

Aussi redoutables soient-ils, les enjeux financiers, politiques et matériels de la transition énergétique n’épuisent pas la liste des freins potentiels. Le changement climatique lui-même entrave également la transition énergétique – qui, bien sûr, est entreprise pour éviter changement climatique.

Au cours de l’été 2022, la Chine a connu sa vague de chaleur la plus intense depuis six décennies. Il a touché une vaste région, du centre de la province du Sichuan à la côte du Jiangsu, avec des températures dépassant souvent 40 degrés Celsius, ou 104 degrés Fahrenheit, et atteignant un record de 113 degrés à Chongqing le 18 août. Dans le même temps, une crise d’électricité induite par la sécheresse contraint Contemporary Amperex Technology Co., le premier fabricant mondial de batteries, à fermer des usines de fabrication dans la province chinoise du Sichuan. Les fournitures de pièces cruciales à Tesla et Toyota ont été temporairement interrompues.

Pendant ce temps, une histoire tout aussi sombre s’est déroulée en Allemagne, alors qu’une sécheresse record a réduit le débit d’eau du Rhin à des niveaux qui ont paralysé le commerce européen, stoppant les expéditions de diesel et de charbon et menaçant les opérations des centrales hydroélectriques et nucléaires.

Une étude publiée en février 2022 dans la revue Eau ont constaté que les sécheresses (qui deviennent plus fréquentes et plus graves avec le changement climatique) pourraient créer des défis pour l’hydroélectricité américaine dans le Montana, le Nevada, le Texas, l’Arizona, la Californie, l’Arkansas et l’Oklahoma.

Pendant ce temps, les centrales nucléaires françaises qui dépendent du Rhône pour l’eau de refroidissement ont dû fermer à plusieurs reprises. Si les réacteurs expulsent en aval de l’eau trop chaude, la vie aquatique est anéantie. Ainsi, pendant l’été étouffant de 2022, Électricité de France (EDF) a arrêté des réacteurs non seulement le long du Rhône mais aussi sur un deuxième grand fleuve du sud, la Garonne. Au total, la production d’électricité nucléaire de la France a été réduite de près de 50 % au cours de l’été 2022. Des arrêts similaires liés à la sécheresse et à la chaleur se sont produits en 2018 et 2019.

Les fortes pluies et les inondations peuvent également présenter des risques pour l’énergie hydroélectrique et nucléaire – qui, ensemble, fournissent actuellement environ quatre fois plus d’électricité à faible émission de carbone dans le monde que l’éolien et le solaire combinés. En mars 2019, de graves inondations en Afrique australe et occidentale, à la suite du cyclone Idai, ont endommagé deux grandes centrales hydroélectriques au Malawi, coupant l’électricité dans certaines parties du pays pendant plusieurs jours.

Les éoliennes et les panneaux solaires dépendent également des conditions météorologiques et sont donc également vulnérables aux extrêmes. Journées froides et nuageuses avec pratiquement aucun problème de vent pour les régions fortement tributaires des énergies renouvelables. Les tempêtes anormales peuvent endommager les panneaux solaires et les températures élevées réduisent l’efficacité des panneaux. Les ouragans et les ondes de tempête peuvent paralyser les parcs éoliens offshore.

La transition des combustibles fossiles aux énergies renouvelables est confrontée à une bataille difficile. Pourtant, ce changement est une stratégie palliative essentielle pour maintenir les réseaux électriques opérationnels, au moins à une échelle minimale, alors que la civilisation se détourne inévitablement d’une réserve de pétrole et de gaz qui s’épuise. Le monde est devenu si dépendant du réseau électrique pour les communications, les finances et la préservation des connaissances techniques, scientifiques et culturelles que, si les réseaux devaient tomber définitivement et bientôt, il est probable que des milliards de personnes mourraient, et le les survivants seraient culturellement démunis. Essentiellement, nous avons besoin d’énergies renouvelables pour un atterrissage en douceur contrôlé. Mais la dure réalité est que, pour l’instant et dans un avenir prévisible, la transition énergétique ne va pas bien et a de mauvaises perspectives globales.

Nous avons besoin d’un plan réaliste de descente énergétique, au lieu de rêves insensés d’abondance éternelle des consommateurs par des moyens autres que les combustibles fossiles. Actuellement, l’insistance politiquement enracinée sur la poursuite de la croissance économique décourage la vérité et la planification sérieuse sur la façon de bien vivre avec moins. •

Cet article a été réalisé par Terre | Nourriture | La vieun projet de l’Independent Media Institute.

Vous aimerez aussi:

,Le livre . Disponible dans toutes les bonnes librairies.

,(la couverture) .

,(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

dictature.org est une plateforme d’information qui préserve de multiples informations publiés sur le net dont le sujet central est « Combattre les dictatures ». Ce dossier parlant du thème « Combattre les dictatures » fut sélectionné en ligne par les rédacteurs de dictature.org La chronique a été reproduite de la manière la plus juste qui soit. Pour émettre des remarques sur ce texte sur le sujet « Combattre les dictatures », merci de contacter les contacts affichés sur notre site. Dans peu de temps, nous rendrons accessibles au public d’autres informations sur le sujet « Combattre les dictatures ». Par voie de conséquence, visitez de manière régulière notre blog.