La révolte en Iran franchit un nouveau palier

, La révolte en Iran franchit un nouveau palier
, La révolte en Iran franchit un nouveau palier

Publié le 12 oct. 2022 à 16:55Mis à jour le 12 oct. 2022 à 17:37

La révolte en Iran franchit de nouveaux paliers. Un mois après que la mort d’une jeune femme , Mahsa Amini, tabassée par la police des moeurs pour n’avoir pas porté comme il fallait le voile islamique obligatoire, a déclenché un vaste mouvement de colère , de nouveaux affrontements ont eu lieu, mardi, entre manifestants et forces de sécurité. Et une manifestation d’avocats a été dispersée, mercredi à Téhéran, à coups de gaz lacrymogène.

Au lendemain du piratage, impensable il y a peu, d’un discours télévisé du Guide suprême, durant lequel est apparue sa photo dans le viseur d’un fusil et déclamant « j’ai du sang sur les mains », le mouvement de contestation s’est étendu à de nouvelles universités et, surtout, à des sites pétrochimiques.

Mort à la dictature

Des vidéos partagées par des médias en persan basés hors d’Iran montrent des ouvriers brûlant des pneus devant l’usine pétrochimique d’Asalouyeh, dans le sud-est du pays. D’autres grèves et manifestations ont été observées dans des usines à Abadan, Kengan et Bouchehr. Rien n’indiquait cependant que la production dans ce secteur fournissant la quasi-totalité des recettes en devises du pays malgré les sanctions américaines était affectée à ce stade.

Mercredi matin, des commerces ont aussi baissé le rideau dans diverses régions et des appels à manifester massivement le soir circulaient sur les réseaux sociaux, qui sont théoriquement interdits dans le pays. Les autorités ont de nouveau restreint le débit des connexions Internet ce mercredi.

La contestation s’étend aussi dans les universités, notamment à Téhéran où le président Ebrahim Raïssi a dû rebrousser chemin devant des étudiantes lui criant « casse-toi ». Des écolières se sont aussi jointes au mouvement. Depuis des semaines, chaque soir, des foules importantes brûlent des voiles et crient les deux slogans phares de la contestation « femme, vie, liberté » et « mort à la dictature ». Plus grave pour le régime, des policiers ont été vus se ralliant aux manifestants en certains endroits.

La répression s’intensifie aussi

Mais si le régime des mollahs commence à vaciller, il dispose encore d’outils de répression impressionnants, via notamment sa milice des Bassijs. Plusieurs manifestants, dont une adolescente filmée en train de brûler son voile quelques instants auparavant, ont été tués lundi soir. A Sanandaj, capitale provinciale du Kurdistan iranien, la région d’où était originaire Mahsa Amini, les forces de sécurité ont utilisé dimanche soir des armes lourdes, selon l’ONG de défense des droits humains Hengaw. Des chars y ont été acheminés mardi.

Selon des organisations de défense des droits de l’homme, au moins 185 personnes, dont 19 mineurs, ont été tuées par les forces de sécurité et des centaines d’autres blessées depuis le début des manifestations. Le régime a arrêté et inculpé des centaines de personnes, notamment Niloofar Hamedi, dont la photo des parents de Masha Amini à l’hôpital avait contribué au déclenchement de la révolte.

Des Français « otages d’Etat »

Dans l’Union européenne, le Parlement européen a appelé Bruxelles à prendre des sanctions. La question devrait être au menu de la réunion des ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept le 17 octobre.

Par ailleurs, Paris a révélé que cinq Français, et non pas quatre comme estimé auparavant, étaient « otages d’Etat » en Iran. Le Quai d’Orsay avait appelé les Français de passage en Iran à « quitter le pays dans les plus brefs délais compte tenu des risques de détention arbitraire ». Une vingtaine de ressortissants de pays occidentaux, binationaux pour la plupart, sont détenus ou bloqués en Iran.

Le but de dictature.org est de traiter le sujet de Combattre les dictatures en toute clarté en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur le web dictature.org vous présente cet article développant du sujet « Combattre les dictatures ». Ce texte se veut reconstitué du mieux possible. Si tant est que vous souhaitez apporter des remarques concernant le thème « Combattre les dictatures » vous avez la possibilité de discuter avec notre rédaction. D’ici peu, nous présenterons d’autres informations sur le sujet « Combattre les dictatures ». visitez de manière régulière notre blog.