On a le droit de critiquer les confinements maintenant

, On a le droit de critiquer les confinements maintenant
, On a le droit de critiquer les confinements maintenant
Publié le 8 décembre 2022

Depuis que les Chinois se révoltent contre trois années de politique autoritaire anti-covid, les admirateurs béats du modèle de gestion de crise de Pékin se font beaucoup plus discrets en France.

Ça y est, face à la pression populaire, les autorités chinoises ont décidé d’assouplir un peu la politique zéro covid. Un peu seulement, parce que la surveillance policière et numérique s’est étendue et la traque des dissidents et autres révoltés risque fort de s’intensifier.

La Chine de Xi Jinping est une dictature impitoyable, et comme l’a souligné Frédéric Mas, son élite dirigeante craint par-dessus tout finir comme le personnel de la défunte URSS, à faire de la pub pour des pizzas après avoir brassé des millions.

Merci Xi pour la libération de la parole en France

Sans surprise, partout en Occident, les éditocrates ont salué le courage des réfractaires aux mesures absurdement liberticides du pouvoir chinois. Seulement, hier ce sont les mêmes qui conspuaient les manifestations contre les confinements en les confondant systématiquement avec les minorités d’antivax et de complotistes.

Par déférence envers l’État, ses courtisans et sa bureaucratie sanitaire, la classe médiatique a considéré comme raisonnable les pires mesures en matière de politique publique, réglant son pas en matière de contrôle social et de parano hygiéniste sur la plus grande dictature du monde. Se sont succédés sur les plateaux les pires khmers blancs, tressant des couronnes de lauriers pour la gestion de crise de l’administration chinoise et ses mesures d’enfermement systématiques.

Pire, ce sont les pays autrefois les plus libéraux qui se sont lancés dans les politiques sécuritaires les plus folles, comme en Australie ou en Nouvelle-Zélande.

À croire que la planification, parce qu’elle était sanitaire, échappait aux critiques dévastatrices de la planification centrale opérée par Friedrich Hayek !

La Chine, modèle de gestion de la crise covid

Pourquoi ces mesures aussi nocives, contre-productives et dignes de la pire dictature du monde ont-elles été accepté avec autant de naturel dans des pays à la culture (moyennement pour la France) libérale normalement constituée ?

Parce que ses tenants parlaient la langue doucereuse et faussement apolitique de la technocratie. La fausse neutralité du bavardage technocratique, qu’on retrouve au sein de tous les États bureaucratiques, prétend dépasser les conflits et les arbitrages politiques entre groupes d’intérêt au nom de leur domaine d’expertise.

Au nom de la Science, de l’administration rationnelle des personnes et des objets, du faux pragmatisme technicien se sont imposées les solutions du pire des régimes possible. Il est temps de retrouver des solutions libérales aux problèmes qui se posent au sein de l’ordre politique et social libéral au lieu d’aller piller les solutions des despotes et des tyrans de la planète.

Le but de dictature.org est de traiter le sujet de Combattre les dictatures en toute clarté en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur le web dictature.org vous présente cet article développant du sujet « Combattre les dictatures ». Ce texte se veut reconstitué du mieux possible. Si tant est que vous souhaitez apporter des remarques concernant le thème « Combattre les dictatures » vous avez la possibilité de discuter avec notre rédaction. D’ici peu, nous présenterons d’autres informations sur le sujet « Combattre les dictatures ». visitez de manière régulière notre blog.