«On assiste à la dictature macronienne»

, «On assiste à la dictature macronienne»

La grève sur fond d’inflation qui touche les raffineries du pays menace de s’étendre le 18 octobre à de nombreux secteurs.


Un employé portant un masque représentant le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, tient un parapluie lors d’un rassemblement sur le site de la raffinerie TotalEnergies, à Gonfreville-l’Orcher, près du Havre, dans le nord-ouest de la France, le 13 octobre 2022.

© AFP Un employé portant un masque représentant le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, tient un parapluie lors d’un rassemblement sur le site de la raffinerie TotalEnergies, à Gonfreville-l’Orcher, près du Havre, dans le nord-ouest de la France, le 13 octobre 2022.

Le mouvement de grève pour les salaires, qui touche en France les raffineries et crée des pénuries dans les stations-services, menace de s’étendre le 18 octobre à de nombreux secteurs, sur fond de forte inflation. Plusieurs syndicats, dont la CGT, en tête de la mobilisation dans le secteur énergétique, ont appelé à une journée de grève et de manifestations interprofessionnelles mardi.

Outre la demande de hausses de salaires, sur fond d’inflation liée notamment à la crise énergétique et la guerre en Ukraine, la mobilisation vise à défendre le droit de grève, après la décision du gouvernement de réquisitionner des salariés de l’industrie pétrolière pour permettre la distribution de carburant.

Place à la SNCF et à la RATP

Les salariés des entreprises ferroviaires SNCF et de transports publics parisiens RATP, ainsi que les fonctionnaires, aussi bien d’État que du secteur hospitalier, font partie des premiers à être appelés à rejoindre le mouvement. Plusieurs centrales nucléaires avaient déjà été touchées mercredi par des mouvements sociaux, parallèlement à la mobilisation chez le français TotalEnergies et l’américain Esso-ExxonMobil.

Automobilistes à cran

Depuis la semaine passée, les nerfs des automobilistes français sont mis à rude épreuve par le mouvement de grève dans les raffineries et dépôts de carburants, commencé plus tôt dès septembre, mais dont l’impact avait été jusqu’alors limité. D’après le Ministère de la transition énergétique, 30% des stations-services étaient bloquées en France jeudi, et plus encore dans le nord du pays.

Face à cette situation, le gouvernement a mis mercredi à exécution ses menaces de réquisitions de personnel chez Esso-ExxonMobil, au dépôt de carburant de la raffinerie de Port-Jérôme/Notre-Dame-de-Gravenchon (nord-ouest), sommé de rouvrir les vannes. Et jeudi, il a lancé la réquisition du personnel du dépôt de TotalEnergies de Flandres (nord). Des réquisitions qui sont très mal reçues par les grévistes et qui ont conduit des syndicats à appeler à manifester mardi.

«Dictature macronienne»

«On assiste à la dictature macronienne», a réagi Benjamin Tange, de la CGT. «Ce qui se passe, c’est la colère de plusieurs mois, plusieurs années et d’une rupture du dialogue social.» Après la levée de la grève dans une raffinerie Esso-ExxonMobil du sud-est de la France jeudi, cinq des sept raffineries françaises restaient touchées par des grèves. Et selon le Ministère de la transition énergétique, sept gros dépôts de carburant étaient aussi affectés sur environ 200.

Devant les menaces d’élargissement du conflit, le gouvernement avait fait pression sur TotalEnergies pour qu’il «augmente ses salaires».

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a souligné que le géant français, qui a engrangé 10,6 milliards de bénéfices au premier semestre grâce à la hausse des prix de l’énergie sur fond de guerre en Ukraine, avait «la capacité» et «donc le devoir» de le faire.

Dans ce contexte, TotalEnergies a annoncé jeudi matin un bonus exceptionnel équivalent à un mois de salaire pour ses salariés du monde entier, doublé d’une proposition d’augmentation de 6% en 2023 pour les salariés français.

Le groupe a aussi invité les syndicats à des «négociations salariales collectives» ce jeudi à partir de 20 h 00 (18 h 00 GMT), une première depuis le début de la grève. Jusqu’à présent, il conditionnait l’ouverture des négociations à la levée des blocages.

Appel à la négociation de Le Maire

La CGT doit «se saisir de la main qui a été tendue» pour négocier, a affirmé Bruno Le Maire, alors que le patronat s’inquiète des conséquences de la grève sur l’économie. D’autant qu’elle s’ajoute à l’augmentation des prix de l’électricité et du gaz qui fait courir «un risque majeur» à l’industrie française, a estimé M. Le Maire, selon lequel la production industrielle française devrait baisser de 10% au 4e trimestre par rapport au 4e trimestre 2021.

Le but de dictature.org est de traiter le sujet de Combattre les dictatures en toute clarté en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur le web dictature.org vous présente cet article développant du sujet « Combattre les dictatures ». Ce texte se veut reconstitué du mieux possible. Si tant est que vous souhaitez apporter des remarques concernant le thème « Combattre les dictatures » vous avez la possibilité de discuter avec notre rédaction. D’ici peu, nous présenterons d’autres informations sur le sujet « Combattre les dictatures ». visitez de manière régulière notre blog.