Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

MA VIE AU POSTE – Alors que des militants bolsonaristes saccagent les institutions de la démocratie brésilienne, les chaînes info établissent d’audacieux parallèles avec Mai 68, les Gilets jaunes, un coup d’État en Ukraine, la présidentielle de l’an dernier… Les éditorialistes saluent la mignonneté des putschistes, justifient leur tentative de coup d’État par le résultat serré des élections et le penchant de Lula pour la dictature. Tiens, d’ailleurs… et si c’était lui qui avait fomenté cette manifestation “folklorique” ?

« L’heure de vérité pour la réforme des retraites, annonce Bruce Toussaint, on va tout vous expliquer. La nouvelle affaire Noël Le Graët qui s’en prend à Zinedine Zidane, ce qui provoque la colère de Kylian Mbappé. Et puis BFMTV s’est procuré les mémoires du prince Harry. » Bel exploit de BFMTV qui a réussi à « se procurer » un livre… disponible en Espagne, comme elle l’explique elle-même. Et sinon, quelque petit événement au Brésil, peut-être ? Non. Pas de Brésil au sommaire du Live Toussaint. Oubliée, la tentative de coup d’État des bolsonaristes. On ne va pas s’embarrasser de ces pays exotiques alors que le président de la FFF a manqué de respect à Zidane.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

La veille, une « alerte info » est apparue dans le bandeau déroulant à 20h03. « Brésil : des partisans de l’ex-président Bolsonaro ont envahi le Congrès, le palais présidentiel et la Cour suprême (réseaux sociaux). » Une source providentielle. Seul détail mentionné dans le bandeau suivant : « La police avait tenté de repousser les partisans de Bolsonaro à l’extérieur du Congrès à l’aide de gaz lacrymogènes. » Ils ont manqué de LBD. À 20h24, BFMTV se résout à interrompre deux heures ininterrompues de promotion de la réforme des retraites. « Il se passe des choses assez importantes au Brésil, suspecte le présentateur Ronald Guintrange. On découvre ces premières images extrêmement impressionnantes. » Ça doit être assez important.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

LCI a doublé BFMTV. « Nous apprenons qu’un coup d’État pourrait être en cours, alerte Darius Rochebin à 20h11. Des pro-Bolsonaro ont envahi plusieurs bâtiments officiels. Première réaction, Jacques Attali ? — Ils peuvent réussir mais ça change rien au cours de l’histoire. » Ouf, les Brésiliens sont rassurés. Bolsonaro peut revenir au pouvoir, ça ne changera rien au cours de l’histoire. Je zappe sur CNews. « On a deux sociétés qui s’affrontent avec une contre-société largement islamisée. » J’ignorais l’islamisation des bolsonaristes. Oups, pardon, la chaîne n’a pas daigné interrompre son programme phare, Face à Rioufol, qui reçoit Pierre de Villiers, le général dont les éditorialistes de CNews attendent toujours le putsch. Le journaliste du Figaro lui demande : « Vous avez l’impression que cette jeunesse peut être réceptive à une forme de nationalisme ? » À une forme de dictature ?

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

Sur BFMTV, une historienne, Silvia Capanema, parle de « tentative de coup d’État. Ce qui est grave, plus grave que lors de l’invasion du Capitole, c’est que la police n’a pas résisté ». Ah bon ? Et les gaz lacrymogènes, alors ? « C’est l’absence des forces de l’ordre qui frappe », reprend Ronald Guintrange. Axel Gyldén, de L’Express, le tranquillise : « C’est un peu normal, le dimanche à Brasilia on boit des bières, on regarde des matchs de foot à la télé. » Et, quand on est policier, on se prend en photo avec les émeutiers. Sur LCI, Bruno Pomart confirme : « Les forces de l’ordre ont été surprises par cette attaque, c’est un dimanche. » Elles n’ont rien pu faire, elles étaient en train de boire des bières avec les putschistes. « C’est un peu la panique, poursuit le spécialiste du maintien de l’ordre en France et ce soir au Brésil. Ce qu’on ne pourrait pas retrouver dans notre pays puisqu’on a un maintien de l’ordre bien utilisé autour de l’Assemblée, du Sénat ou de l’Élysée. » Il s’y déroule même des manifs de policiers, c’est vous dire si on est en sûreté.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

« Qu’on comprenne bien, si ça devait arriver…, s’inquiète Darius Rochebin. On se rappelle que pendant la crise des Gilets jaunes il y a eu quelques inquiétudes autour de l’Élysée, autour du Parlement. — Y a beaucoup de forces de l’ordre statiques, le rassure Bruno Pomart, et des unités capables d’intervenir très rapidement comme les Brav-M. » Les fameux motards dont on connaît la défense acharnée de l’État de droit. Sur BFMTV, l’historienne Anaïs Fléchet conteste la thèse des forces de l’ordre occupées à regarder du foot en vidant des bières : « Ces violences pouvaient être anticipées. » Anthony Bellanger rappelle : « Ça faisait un moment qu’ils étaient à Brasilia, ces partisans radicalisés campaient en face du QG de l’armée. » Et ça fait un moment que la police militaire est infiltrée par les bolsonaristes.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

Avantage des coups d’État et des guerres à l’étranger : tout à coup, BFMTV se remet à faire du journalisme (comme lors de l’invasion de l’Ukraine). Dimanche soir, elle invite même des experts compétents. Outre ceux déjà cités, Paola Minoprio, de l’Institut Pasteur au Brésil, Stéphane Witkowski, président de l’Institut des hautes études d’Amérique latine ou encore le réalisateur Filipe Galvon. Sans compter « Patrick Martin-Genier, spécialiste des questions européennes et ce soir désormais des questions brésiliennes ». C’est presque pareil, à un océan près.

Quand soudain apparaissent des « nouveaux arrivants sur le plateau » : Lætitia Krupa et Bruno Jeudy, deux éditorialistes maison, spécialistes des bienfaits du macronisme et ce soir des questions brésiliennes. Bruno Jeudy ne doute pas que les événements de Brasilia seront bientôt importés chez nous. « On va sans doute être confronté à ces situations-là parce que ça va être une alternance entre des partis extrêmes qui vont contester le parti démocratique ou celui qui reste parce que souvent y en a qu’un. » Le parti macroniste, au hasard. « Que doit faire le président Lula ?, interroge le présentateur. — Il doit appeler à la raison, répond Lætitia Krupa. En France, on a vécu un peu la même situation pendant la campagne présidentielle de 2022. » Je me souviens, les supporters d’Anne Hidalgo avaient saccagé le palais Bourbon, il avait fallu pour rétablir l’ordre un discours de Macron.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

Je zappe sur CNews. « Ce qui ressort des témoignages, c’est qu’il a été un grand éducateur de la foi et de la spiritualité. » Jair Bolsonaro ne laisse pas de m’étonner. Oups, pardon, c’est la rediffusion d’En quête d’esprit, l’émission de grenouilles de sacristie et des punaises de bénitier — ou l’inverse, je ne sais plus — consacrée aux obsèques du pape émérite. Le bandeau salue : « Benoît XVI, un Mozart de la liturgie. » Il jouait de l’harmonium à Saint-Pierre de Rome ? Un autre bandeau prévoit « une génération Benoît XVI pour l’avenir », je me prends à rêver d’un monde débarrassé du wokisme de Vatican II.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

BFMTV et LCI diffusent les images de la chaîne GloboNews. La seconde ayant décidé de se dispenser d’experts compétents, ses journalistes passent leur soirée à tenter d’interpréter ce qu’ils voient sur leur écran. Un chouette festival de suppositions, de conjectures, d’à-peu-près divinatoires.

Enfin, CNews consent à évoquer les « violences au Brésil ». Sur BFMTV, « le président Lula s’exprime, nous n’avons pas de traduction ». C’est le problème avec ces pays sous-développés qui s’obstinent à parler d’obscurs dialectes : difficile de trouver un traducteur. « On va mettre un peu de son pour essayer d’entendre ce qui se passe. » Ça mettra de l’ambiance. « La sono est assez mauvaise », déplore Harold Hyman sur CNews, qui comprend le brésilien quand la sono est bonne.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

« Judith Waintraub, vous connaissez un peu le Brésil, se réjouit Olivier Benkemoun. — Le résultat de l’élection était extrêmement serré, rappelle la journaliste du Figaro Magazine, spécialiste de l’assimilation comparative des Ukrainiens, des Africains et ce soir du Brésil. Bolsonaro a reconnu son échec à demi-mot puisqu’il a dit qu’il autorisait la transition, au Brésil, c’est comme ça que ça se passe. » Le président défait s’enfuit aux États-Unis jouer au golf avec Trump, au Brésil c’est comme ça que ça se passe à chaque élection. « La société brésilienne en règle générale est violente. Ça ne pouvait pas bien se passer. » Un putsch à Brasilia ? C’est la faute à une élection serrée et à une société violente.

BFMTV a convié Jean-Sébastien Ferjou, d’Atlantico, spécialiste des cajoleries à l’extrême droite et ce soir des questions brésiliennes. « Vu le résultat serré des élections, on ne peut pas dire y aurait le bien d’un côté et puis Bolsonaro de l’autre qui serait le mal absolu avec des bolsonaristes qui seraient tous une masse de fascistes. » Logique : puisque le résultat de l’élection est serré, les putschistes ne peuvent être fascistes. « N’ayons pas une lecture : le bien contre le mal. » Cultivons la nuance (d’extrême droite). « Les dictatures, elles sont ailleurs en Amérique latine, y en a dans un certain nombre d’autres pays qui sont en général plutôt d’extrême gauche. » Au Chili, en Bolivie, en Colombie, au Mexique… « La démocratie, pour que ça marche, il faut que ceux qui perdent n’aient pas l’impression d’avoir tout perdu en perdant l’élection et, malheureusement, ça ressemble parfois à ça. » Quand Lula instaure une dictature et exécute ses opposants qui l’ont emporté au Parlement, dans beaucoup d’États et de municipalités.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

CNews diffuse les réactions sur Twitter d’Olivier Faure, Louis Boyard et Jean-Luc Mélenchon. L’avocat Pierre Gentillet préconise : « Ce qu’il faut dire à ces responsables politiques de gauche, d’extrême gauche, de gauche radicale… » Bref, à gauche de Zemmour. « … C’est qu’il faut peut-être raison garder. Y a déjà eu des mouvements de gauche, d’extrême gauche en Europe avec certaines révoltes, en Ukraine par exemple, qui ont abouti à des coups d’État. Et j’ai pas l’impression que ces gens se soient scandalisés. » Ils ont soutenu toutes les dictatures d’extrême gauche européennes. « Il faut leur rappeler aussi que Bolsonaro a rendu le pouvoir. » Avec classe et dignité. « Puisque vous faites le parallèle avec l’affaire (sic) du Capitole, je rappelle que Donald Trump a lui-même condamné les manifestants qui l’avaient envahi dans un registre assez folklorique, ils n’ont pas tiré sur le personnel. » Envahir et saccager le Capitole fait partie du folklore américain, ravager le Congrès, la présidence et la Cour suprême fait partie des traditions brésiliennes.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

« Bolsonaro est clairement mis en cause par le président Lula, note Olivier Benkemoun. — Ça m’a l’air assez précipité. » Autant que sa fuite en Floride. « J’ai un peu de mal à croire à un coup d’État qu’il aurait inspiré », appuie Judith Waintraub. Il a plutôt été inspiré par l’extrême gauche. « En ce qui concerne le dysfonctionnement des forces de l’ordre, faut jamais exclure l’incompétence dans ce genre de situation. » Mais il faut exclure la connivence. « Dans ce cas, c’est de l’incompétence high level, estimeJean-Michel Fauvergue, ancien patron du Raid. — Ça s’est déjà vu. » Au Chili, en 1973, c’est à cause de l’incompétence des forces de l’ordre que Pinochet s’est emparé du pouvoir.

À 23 heures, BFMTV propose un premier résumé en images. « Ces militants manifestent leur colère. » Une petite colère de rien du tout. « Les manifestants (sic) ont pris de court les forces de sécurité. » C’est vraiment pas de chance. Jean-Sébastien Ferjou tire le bilan des premiers mandats de Lula. « La réussite économique, les 30 millions de Brésiliens sortis de la pauvreté, c’est réel mais c’était en trompe-l’œil, c’était uniquement dû à l’augmentation du prix des matières premières. » Et pas du tout à des programmes sociaux comme la Bolsa família. « Lula suscite une véritable inquiétude chez les classes moyennes brésiliennes, urbaines. » Des classes très moyennes, comme les chefs d’entreprise de l’agro-industrie qui ont financé les cars pour transporter les putschistes à Brasilia. « Ce n’est pas que de la haine, il y a une inquiétude sociale et politique. » Du petit peuple des patrons. « Quand il parle de liberté, y a de véritables inquiétudes par rapport à Lula. » Les putschistes ne font que se défendre de la prise de pouvoir d’un dictateur.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

Sur LCI, Guillaume Roquette, du Figaro, mobilise une autre référence que l’invasion du Capitole. « Ce mouvement me fait penser à celui des Gilets jaunes. » Un ramassis de putschistes d’extrême droite manipulés par des patrons libertariens, rappelons-le. « Est-ce que Lula peut reprendre la main ?, s’interroge Darius Rochebin. On se souvient de De Gaulle, avec son fameux discours en 1968, il reprend la main. » Encore un parallèle des plus judicieux. Patrick Martin-Genier, le spécialiste des questions européennes et ce soir des questions brésiliennes, a quitté BFMTV pour faire profiter LCI de ses lumières. À Brasilia, « il y avait une poignée d’irréductibles comme les casseurs en France dans les manifestations ». Les putschistes des mouvements sociaux.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

Sur CNews, on continue à décrypter les réactions de la gauche radicale d’extrême gauche. « On voit à gauche ce parallèle avec ce qui s’est passé au Capitole. — C’est pas un parallèle, conteste Pierre Gentillet. — C’est un amalgame, dénonce Judith Waintraub. — Une récupération. En deux heures même pas, ces charognards se précipitent avec des arguments qu’ils espèrent utiliser sur un plan national. — Marine Le Pen a perdu les élections et il ne s’est rien passé. » C’est bien la preuve qu’elle n’est pas d’extrême droite. Nathan Devers proteste, Pierre Gentillet le recadre : « On fait simplement une analyse sur la montée des populismes, ça ne veut pas dire que Marine Le Pen ou Éric Zemmour se soient réjouis de l’élection de Bolsonaro. » La présidente du RN lui a seulement souhaité « bonne chance », appréciant que « les Brésiliens sanctionnent la corruption généralisée et la terrifiante criminalité qui ont prospéré sous les gouvernements d’extrême gauche ».

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

« Quand on voit ces réactions de l’extrême gauche, poursuit Olivier Benkemoun, on se dit qu’on regarde la situation au Brésil avec nos lunettes de Français. » Seulement si on est d’extrême gauche. « C’est pour ça qu’il faut parler de récupération pure et simple, insiste Judith Waintraub. Quand Mélenchon, Faure et Boyard parlent d’extrême droite, ils visent Marine Le Pen. » Qui n’est pourtant pas d’extrême droite. « Je remarque que les manifestants (sic) ne sont pas armés. Ils sont beaucoup, beaucoup moins armés que les black blocs. » Ils sont doux comme des agneaux.

Sur LCI, Bruno Pomart apprécie le rapprochement de Darius Rochebin entre Lula et de Gaulle. « Vous faisiez la comparaison avec Mai 68, c’est vrai que ce qui me frappe dans cette journée, c’est l’absence de coups de feu. » Même pas un tir de LBD ou de grenade de désencerclement. « C’est beaucoup moins violent que ce qui s’est passé en France il y a trois ans, ajoute l’éditorialiste Renaud Pila. C’était d’une extrême violence. » Ça n’avait rien à voir avec les Gandhi brésiliens. « Avec la crise des Gilets jaunes et sa violence, regrette Pierre Martin-Genier, la Vᵉ République a subi un coup de boutoir très important. » Bien plus important que la démocratie brésilienne avec les pacifistes bolsonaristes. Darius Rochebin déplore les bulles produites par les réseaux sociaux, « avec des gens qui ne comprennent plus le contradictoire ». Ils doivent aussi regarder LCI.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

Je me demande bien pourquoi mais les experts de CNews passent plus de temps à commenter les réactions de l’extrême ultra gauche radicale que les actions des mignons fascistes brésiliens. Pierre Gentillet : « Ces responsables de gauche radicale disent “l’extrême droite tente…” mais il n’y a aucun responsable politique identifié de Bolsonaro dans ces manifestations. » Si ça se trouve, ce sont des éco-terroristes. « Ce que ces gens appellent de manière outrancière l’extrême droite, c’est un raccourci. » Ça peut très bien être des zadistes.

Olivier Benkemoun salue : « Merci Pierre Gentillet d’avoir été avec nous pour décrypter la situation à Brasilia. » La situation dans le studio de CNews, plus précisément. Laquelle bénéficie encore de la clairvoyance de Judith Waintraub. « Quand on a été élu avec 50,9 % des voix, qu’on a un adversaire battu avec 49,1 %, on veut l’affaiblir. » Ça tend à prouver que Lula a organisé cette fausse tentative de putsch pour affaiblir Bolsonaro. « On n’a pas le sentiment d’une tension extrême, note le présentateur à la vue des images de Brasilia. — On est habitué en France à voir des manifestants qui chargent les forces de police. Là, c’est pas du tout le cas, apprécie Jean-Michel Fauvergue. On a des manifestants qui sont en train d’évacuer gentiment et doucement. » Ces putschistes méritent le prix Nobel de la paix.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

Le lendemain midi, Eugénie Bastié décèle dans les événements brésiliens « une tendance de fond ». De la violence de l’extrême droite ? Pas du tout : « On a de plus en plus de mal à accepter les résultats des élections, c’est valable pour les partisans de Bolsonaro, de Trump mais souvenez-vous des démocrates américains qui ont toujours refusé l’élection de Trump. » Je me souviens, en 2016, ils avaient envahi le Capitole et la Maison-Blanche. « En France, certains insoumis disent : “On va terminer l’élection dans la rue.” » Parce qu’ils n’ont pas le cran d’attaquer l’Élysée. Sonia Mabrouk résume : « Y a un continuum. » Entre les bolsonaristes, les démocrates, les mélenchonistes. Et les antifas, ajoute Gabrielle Cluzel.

, Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale , Tentative de putsch au Brésil : encore un coup de l’extrême gauche radicale

Ivan Rioufol rappelle que les bolsonaristes sont parfaitement fondés à contester l’élection de Lula. « Il y a un soupçon de fraudes électroniques. Depuis soixante-dix jours, ce n’est pas répercuté par les médias… » Les merdias de gauchiasses de journalopes. « … Mais vous avez des manifestations qui réclament le retour à la démocratie. » Au moyen d’un putsch. Sauf que « là, ce n’est pas un putsch, c’est une insurrection de pieds nickelés ». C’est louche. « Cette manifestation est totalement improductive. Si on se demande à qui profite le crime, le crime profite à Lula. » Judith Waintraub avait vu juste : Lula a organisé cette insurrection ratée pour asseoir sa dictature d’extrême gauche.

Le but de dictature.org est de traiter le sujet de Combattre les dictatures en toute clarté en vous offrant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur le web dictature.org vous présente cet article développant du sujet « Combattre les dictatures ». Ce texte se veut reconstitué du mieux possible. Si tant est que vous souhaitez apporter des remarques concernant le thème « Combattre les dictatures » vous avez la possibilité de discuter avec notre rédaction. D’ici peu, nous présenterons d’autres informations sur le sujet « Combattre les dictatures ». visitez de manière régulière notre blog.